< Retour à la liste

2020-11-29

Le chemin de Santiago: 770 kilomètres de roller en 7 jours

Tout a commencé en 2013 à l’hôpital universitaire Miguel Servet de Saragosse, en Espagne. Alberto López de Saragosse est dans le même lit depuis plus de 100 jours et d’innombrables opérations. Dans la chaise du visiteur, Alberto Alemán de Pampelune.

L’amitié entre les deux hommes date des Championnats d’Espagne de la jeunesse de 1995 à Madrid et Barcelone. C’était les premiers championnats en Espagne avec les nouveaux patins en ligne, et les « Albertos » s’y sont battus comme rivaux pour les médailles, l’un avec l’équipe des Marianistas de Saragosse et l’autre avec l’équipe de Chantrea de Pampelune. Les deux athlètes ont remporté des titres sur différentes distances. Vingt-cinq ans plus tard, ils sont coéquipiers chez Marianistas Vitoria et collaborent avec Rollerblade® Espagne.


Retour à la chambre d’hôpital en 2013. À l’occasion d’une des innombrables visites d’Alemán, une idée folle germe. Alemán est tellement confiant dans la capacité de López à récupérer qu’il propose un défi : le chemin de Santiago en roller. Mais est-ce possible ?

Histoire du chemin de Santiago.
Le chemin de Saint-Jacques est l’itinéraire le plus fréquenté en Espagne pour le pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle et il traverse le Nord de la péninsule jusqu’à l’extrémité Ouest sur environ 800km, serpentant entre les cols de montagne, ce qui ajoute à un D+ de plus de 10.000 mètres sur la route principale par laquelle les pèlerins, venant passent de différentes parties de l’Espagne et l’Europe. Ce parcours, compte tenu de son extraordinaire richesse culturelle, artistique et paysagère, est inscrit, depuis 1993, au patrimoine mondial de l’UNESCO.




COVID-19 à l’été 2020.
Les années passent et nous sommes maintenant en 2020, l’année de la pandémie mondiale de Covid-19. Tout est paralysé, tous les plans, toutes les compétitions, tous les entraînements sont suspendus. Tous ce qui était prévu est désormais repoussé. Et c’est au moment où le confinement prend fin que nous réalisons le désir que nous avons d’aller patiner, de parcourir des kilomètres juste pour nous amuser. Nous voulons aller sur la route et sentir l’asphalte sous nos pieds, voir des paysages et sentir le vent sur nos visages. Nous devons sortir de nos maisons pour échapper au contexte de la pandémie et juste PATINER. Et si c’était le meilleur moment pour réaliser notre rêve un peu fou ?

Rollerblade® E2 Pro.
Il semblait que tous les signes nous poussaient à Santiago. Et puis le Rollerblade® E2 Pro arrive dans nos pieds. Le patin parfait pour notre aventure : il dispose de roues Hydrogen Pro 125mm pour engloutir des dizaines de kilomètres par jour, un châssis léger pour aller aussi vite que possible, un chausson hybride vitesse/fitness pour patiner tout en confort avec la position de patinage de vitesse et la technique. Il n’y avait plus d’excuses. Les patins semblaient être faits pour notre mission.

Préparations :
Nous avons décidé de nous préparer à l’aventure. Une chose dont nous sommes sûrs, c’est que nous voulons y aller seuls, sans voiture de soutien. L’itinéraire : des petites routes, des cols de montagne, des descentes, des ascensions... L’équipement : les Rollerblade® E2 Pro et ce qui entre dans un sac à dos, en essayant d’en transporter le moins possible. Et maintenant, nous décidons du nombre d’étapes. Et de combien de kilomètres par jour. Il y a 780 km qui séparent notre point de départ de notre objectif. Nous prenons également en compte la chaleur du mois d’août en Espagne. Nous accumulerons la fatigue jour après jour. Il y aura des événements imprévus. C’est 10 jours ? Moins ? Une semaine ? On est fous ?

Sur le visage de notre famille et de nos amis lorsque nous leur disons notre objectif, nous voyons un mélange d’incrédulité et d’inquiétude. Ils nous ont avertis que le projet était quelque chose de sérieux. En fin de compte, leur soutien a été la cerise sur le gâteau lors de cette mission. Nous avions des gens qui aimaient notre défi et qui voulaient continuer à nous soutenir et nous envoyer des encouragements. Nous avons notamment reçu un don monétaire qui ira entièrement à l’ONG Skate in Ethiopia (www.patinarenetiopia.org) et, grâce à la solidarité du monde du roller, aidera les plus défavorisés.
Il ne restait plus qu’à s’entraîner pour faire beaucoup de nombreux kilomètres sur notre Rollerblade® E2 Pro.

Jour 1 - 8/8/2020 : Roncesvalles - Logroño (148 km)
6h du matin. Nous sommes au point de départ, à Roncescalles. Il y a une certaine nervosité dans l’air, mais aussi un certain respect face au défi qui nous attend. Nous avons 770 kilomètres à faire et de nombreuses heures pour profiter de notre sport bien-aimé. Tout est prêt : les Rollerblade® E2 Pro, les sac à dos 25L (sac de couchage, deux pantalons, deux caleçons, deux chaussettes, deux vestes, une serviette et un sac de toilette), le casque, les lumières et deux litres d’eau.

On a commencé !!! Les premiers kilomètres jusqu’à Pampelune (48km) se passent par un cadre spectaculaire. Nous nous sommes permis de les prendre très calmement et de profiter du lever du soleil et de la route large pour monter et descendre les différents cols que nous avons trouvés (Mezkiritz et Erro). Nous avons décidé de passer par la porte de l’hôtel de ville de Pampelune où une agréable surprise nous attendait : nos parents, les personnes de Skate in Ethiopia et la presse locale.

Nous continuons vers Puente La Reina. Nous allons faire le fameux marathon P2P avec 50 kilomètres dans nos jambes fatiguées. On est fous ? Le chemin nous est tout à fait familier et nous apporte de bons souvenirs. Alberto Alemán a été l’un des vainqueurs de cette course emblématique, mais pour être plus fidèle à la voie traditionnelle, nous monterons à travers Puerto Del Perdón. Arrivés à Puente La Reina, nous avons rencontré notre coéquipier Iker Mujica qui a décidé de nous accompagner à Logroño avec son vélo. Les derniers kilomètres deviennent de plus en plus difficiles à mesure que nos jambes deviennent lourdes et que notre vitesse diminue. La nuit arrive.

Nous sommes arrivés à Logroño et nous sommes entrés dans l’auberge. Le directeur ne croit pas que nous avons fait près de 150 kilomètres avec des rollers (généralement les cyclistes font le même voyage en deux jours). La première journée a été très difficile, avec plus d’heures que prévu, mais nous sommes satisfaits d’avoir atteint notre objectif.



Jour 2: Logroño - Burgos (121 km)

6h du matin. Nous nous sommes levés tôt, nous avons dit au revoir à notre ami Iker et nous avons recommencé à patiner. Nos jambes ne sont pas aussi fraîches que la veille, mais nous avons réussi à les faire repartir.
Quand nous avons quitté Logroño, nous avons eu une mauvaise surprise. La route que nous avions tracée entre les célèbres vignobles de La Rioja est compliquée et notre chemin n’est pas pavé. Nous devons « patiner » sur un chemin de terre sur plusieurs kilomètres. Nous devons prendre une autre route qui n’était pas initialement prévue et ajouter quelques kilomètres supplémentaires à notre itinéraire.

Cet épisode imprévu n’enlèvera pas nos sourires et le désir de continuer. Les kilomètres passent et la chaleur devient de plus en plus perceptible. Pour ceux qui ne connaissent pas l’Espagne, août est le mois le plus chaud et les températures peuvent grimper jusqu’à 40ºC. Nous devons constamment nous hydrater pour ne pas avoir de coup de chaleur. Les heures sur les patins passent. Nous ne pouvions pas être plus heureux avec le choix de l’équipement. Nos Rollerblade® E2 Pro sont très performants.

 

En arrivant à Burgos, nous en profitons pour faire une promenade vers la spectaculaire cathédrale Santa María et ses environs. C’est un endroit à visiter tranquillement.



Jour 3: Burgos - Sahagún (127 km)

Les kilomètres font des ravages sur notre corps et il est plus difficile de se lever. On a réussi à y aller à 16h45.

Aujourd’hui, la journée va être très émouvante : notre partenaire de toujours Nicolás Alonso va nous accompagner pendant quelques kilomètres. Cela rend les kilomètres beaucoup plus supportables.

La journée est plus chaude que la normale et à plusieurs reprises nous devons nous arrêter pour nous rafraîchir dans les fontaines et profiter du repos à l’ombre. Le paysage est complètement différent des jours précédents : champs, grandes plaines, routes droites sans fin, arbres clairsemés et beaucoup de chaleur... Il fait très chaud. Nous devons patiner pendant plus de 3 heures par 37ºC.

Le meilleur de la journée est encore à venir. À notre arrivée à Sahagún, nous rencontrons le fondateur de https://patinarenetiopia.org/, Koro del Santo. C’est une source très importante de motivation pour nous. Cela rend le défi plus important. Cela nous rappelle à la réalité que l’on vit en Éthiopie et à l’impact et l’importance de nos contributions.




Jour 4 : Sahagún - Rabanal del Camino (126 km)

Notre motivation est au plus haut grâce aux visites de la veille. Aujourd’hui dans le León, nous aurons une nouvelle visite : celle de Patxi Peula (champion du monde) et d’Aura Quintana. Quel luxe. Avant de les retrouver, la route est difficile, l’asphalte n’est pas en très bon état et il y a beaucoup de circulation automobile.

Cela nous oblige à nous arrêter de temps en temps pour reposer nos pieds. Nos roues Hydrogeen Pro sont très performantes. Et nous prenons le temps de les tourner au besoin.

 

Rabanal del Camino est une petite ville très charmante où nous pouvons profiter d’un bon accueil. Merci à Patxi Padre pour les ravitaillements et son hospitalité.



Jour 5: Rabanal del Camino - Ponferrada (38 km)

Nous avons décidé de nous lever tôt (4h du matin) pour éviter le mauvais temps et pour pouvoir monter à la Croix de Fer avec ses rampes dures jusqu’à 14%. Les pèlerins sont surpris de nous voir si loin de Roncesvalles après 5 jours de patinage.

Nous avons réussi à faire la descente en évitant la pluie, mais cela devient très difficile : Alberto López tombe trois fois au sol et Alberto Alemán parvient à atteindre la ville voisine intact (un exploit, mais la route n’est pas recommandé pour les amateurs).

 

La journée s’est compliquée à cause de la pluie et nous avons décidé de rester à Ponferrada.



Jour 6: Ponferrada - Palas del Rey (143 km)

La veille, nous n’avons pas pu faire les kilomètres au programme. Quel est notre plan maintenant ? Se lever plus tôt. Nous avons réussi à y aller, et aujourd’hui nous avons moins de 250 kilomètres à parcourir. Cependant, la journée va être très difficile. Les prévisions météorologiques sont mauvaises et le parcours est terrible. Le chemin entre ’O Cebreiro et l’Alto do Poio (26 kilomètres) se fait dans le brouillard et la pluie. L’effort à fournir pour cette ascension est indescriptible, autant que le visage du propriétaire de l’auberge de pèlerin qui est au sommet à près de 1400 mètres de haut quand il voit deux fous sur patins arriver. Tu n’arrives pas à y croire.

Un bon café chaud et une part d’omelette nous aideront à faire face à la descente vertigineuse. Aujourd’hui est un jour spécial, ça peut être notre dernière nuit et notre dernière auberge avec les pèlerins puisque si nous parvenons à faire les kilomètres nécessaires, nous dormirons très près de notre objectif : Santiago. Cela signifie que malgré l’épuisement, nous sommes sur nos Rollerblade® E2 Pro pendant plus de 12 heures pour une journée sans fin.




Jour 7 : Palas del Rey - SANTIAGO DE COMPOSTELA (total 770km)

Dernière étape. Nous sommes sur le point d’atteindre notre objectif. Sur nos visages marqués par les kilomètres, les ascensions, la chaleur et l’effort, un sourire nerveux apparaît aujourd’hui car nous sommes conscients que notre aventure touche à sa fin. Mais comme tout dans cette aventure, il en coûtera. Les routes galiciennes n’ont pas un kilomètre de plat. Le chemin est intense avec des haut et des bas constants. Et quand nous voyons la ville de Santiago au loin, notre destination finale, nous décidons de nous arrêter un instant.

 

Arrêtons-nous un instant pour profiter au máximum de ces derniers kilomètres qui étaient si loin voilà sept jours quand nous avons dit au revoir à nos familles. Nous sommes un peu nostalgiques en prenant conscience que cet incroyable voyage va bientôt se terminer.



Enfin notre objectif : la Plaza del Obradoiro et l’imposante cathédrale de Santiago avec son Pórtico de La Gloria. La satisfaction est infinie. Nous aurons besoin de plusieurs semaines pour récupérer et comprendre ce qui a été accompli, mais les félicitations du reste des pèlerins qui viennent nous demander s’il est possible que nous y sommes arrivés sur patins nous donnent un indice.

C’est le moment d’enlever définitivement nos patins. Le défi est terminé. Ces patins nous ont permis de profiter d’une aventure incroyable. C’est grâce à ces rollers, et à bien d’autres, que nous forgeons notre amitié depuis plus de 30 ans.

 

La journée pourrait-elle être plus incroyable ? Eh bien, oui, car Marie, la mère d’Alberto López, et Lucía et Aitana (4 et 6 ans), les nièces d’Alberto Alemán, ont fait les 700 kilomètres en voiture sans s’arrêter pour arriver à temps pour nous recevoir et nous offrir une merveilleuse surprise.

 

La nuit, il est temps de se détendre, des centaines de félicitations arrivent sur les réseaux sociaux. Et la levée de fonds réussie www.patinarenetiopia.org (9 200 euros) nous dépasse. Nous nous rendons compte que la chose vraiment importante n’a pas été d’atteindre l’objectif, c’est le chemin parcouru, les expériences, les visites d’amis, l’effort angoissant, le travail d’équipe entre nous deux nous aidant dans les moments difficiles, les lieux, les paysages. Pour ne pas tomber dans une trop grande mélancolie, on ne peut penser qu’à une chose : quel sera notre prochain défi avec nos patins Rollerblade® ?


 

 

VIDEO

FOLLOW US

@ROLLERBLADE

SKATE SMART:

KNOW YOUR SKILL LEVEL AND SKATING CONDITIONS

FOLLOW US ON

ROLLERBLADE EST UNE DIVISION DU GROUPE TECNICA S.P.A.
Société soumise à la direction et à la coordination de Sintesi Holding S.r.L.
Basé à Giavera del Montello (TV) - Via Fante d’Italia n. 56 | Capital social € 25.000.000,00 entièrement libéré
Société enregistrée sous le no. 78175 R.E.A. de Trévise. | Registre du commerce et code fiscal 00195810262